Qu'est-ce que la contraception?

La contraception, c'est l'ensemble des moyens qui permettent à une femme
de ne pas tomber enceinte si elle ne le désire pas.
Grâce à la contraception, les femmes peuvent décider de faire des enfants
si elles le veulent et quand elles le veulent : c'est une façon de
maîtriser la fécondité (c'est-à-dire la possibilité de se reproduire).

Qui a inventé la contraception?

Le souci d'éviter certaines grossesses existe depuis l'Antiquité.
On utilise alors des potions (plus ou moins efficaces). Les Grecs
inventent même le préservatif (il est alors en peau de chèvre et n'est
pas toujours efficace !).
Cependant, pendant des siècles, voire des milliers d'années, on ne sait pas
comment fonctionne le corps des femmes… ni celui des hommes. Ce n'est
qu'au xviiè siècle que les savants découvrent les spermatozoïdes (quand le
microscope est inventé), et au xviiiè siècle qu'un scientifique décrit
comment se produit la fécondation.

Au début du xxe siècle, les scientifiques commencent à mieux comprendre
le cycle menstruel de la femme. Ils découvrent que, pendant certaines périodes
du cycle, elle ne peut pas tomber enceinte. On commence alors à développer
des méthodes de contraception basées sur le calcul : on sait qu'en moyenne
l'ovulation (la production d'un ovule par un ovaire) a lieu vers le 14e jour
après le début des règles. Cependant, cette méthode est très imprécise parce
que le corps humain n'est pas une horloge : le jour de l'ovulation n'est pas
le même en fonction des femmes, ni en fonction des mois.
En 1956, des chercheurs américains mettent au point un nouveau médicament,
composé d'hormones, qui bloque l'ovulation (il empêche les ovaires de produire
des ovules) : c'est la pilule. En France, elle est tout d'abord interdite.
Elle commence à être vendue à partir de 1967. La pilule se répand rapidement
dans la société. Elle est rapidement adoptée, parce qu'elle donne aux femmes
une forme de liberté : elles peuvent avoir des relations sexuelles sans forcément
tomber enceintes, ou avoir des enfants seulement quand elles le désirent
(c'est le droit à la libre maternité). En fait, dans le monde entier, la
pilule est un instrument de la libération des femmes.
Au cours du xxe siècle, les chercheurs améliorent aussi d'anciens moyens de
contraception comme le préservatif masculin, et en inventent d'autres, comme
le stérilet et le préservatif féminin.
Quelles sont les differentes methodes de contraception?
On peut aujourd'hui choisir parmi de nombreux moyens de contraception.
Cependant, seuls les préservatifs protègent aussi des maladies sexuellement
transmissibles (comme le sida et la syphilis). Il faut aussi savoir qu'un seul
rapport sexuel sans contraception peut déclencher une grossesse, même s'il
s'agit de la « première fois » (dès qu'une jeune fille a ses règles, elle peut
tomber enceinte).
L'interruption volontaire de grossesse (IVG), que l'on demande à un médecin pour
arrêter sa grossesse, n'est pas un moyen de contraception. Elle permet
d'interrompre une grossesse qui n'a pas été désirée et qui est arrivée par accident,
mais c'est toujours une expérience traumatisante. De plus,
c'est une opération : comme toutes les opérations médicales, elle comprend des
risques pour la femme.

La contraception locale

– Les préservatifs
On appelle contraception locale les méthodes qui barrent la route aux spermatozoïdes
et les empêchent de voyager jusqu'à l'ovule. Le plus connu et le plus utilisé est
le préservatif masculin. Il est très efficace et facile à utiliser. Il présente
un avantage supplémentaire : il protège contre les infections sexuellement
transmissibles (IST). Il existe également aujourd'hui un préservatif féminin.
Il est moins connu, mais c'est aussi un moyen de contraception efficace, qui
protège contre les IST. Le préservatif masculin et le préservatif féminin sont
les seules méthodes de contraception qui permettent d'éviter d'attraper des IST.
Toutes les autres méthodes de contraception évitent seulement de tomber enceinte et
ne protègent contre aucune maladie.

– les autres méthodes locales
Il existe d'autres moyens contraceptifs locaux, comme le diaphragme (une sorte de
dôme de latex que l'on place devant le col de l'utérus pour empêcher les
spermatozoïdes d'avancer), auquel il faut associer des gels ou crèmes spermicides
(capables de tuer les spermatozoïdes) pour une meilleure efficacité. Quant au
stérilet, il s'agit d'un petit dispositif en forme de T qu'un médecin place dans
l'utérus.

La contraception chimique

– la pilule
La pilule (ou contraceptif oral) est la méthode de contraception la plus utilisée
en France et dans beaucoup de pays riches. Elle est très fiable si on la prend correctement
(elle n'échoue alors que dans 1 cas sur 1 000). Par contre, si elle n'est pas prise
régulièrement, si elle est oubliée certains jours, elle ne protège plus : c'est pourquoi
une femme peut tomber enceinte tout en prenant la pilule.
La pilule est généralement composée d'un mélange d'hormones. Elle agit en modifiant le taux
des hormones dans le corps de la femme, et donc en modifiant son cycle menstruel.
La plupart des pilules empêchent l'ovulation (la production d'un ovule par un ovaire)
de se produire.
Il existe une grande variété de pilules. Mais il ne faut pas oublier que c'est un
médicament : elle est contre-indiquée dans certains cas (toutes les femmes ne peuvent
pas prendre la pilule). De plus, n'importe qui ne peut pas prendre n'importe quelle pilule :
c'est le ou la gynécologue (le médecin spécialisé dans l'appareil génital féminin) qui
décide quelle pilule est adaptée. La pilule a aussi des effets secondaires. Par exemple,
elle peut augmenter le risque de maladie cardio-vasculaire, en particulier chez les femmes
qui fument. Chez les fumeuses, elle augmente également le risque de cancer du sein. Il est
donc fortement déconseillé de fumer quand on prendla pilule.
Dans tous les cas, quand on prend la pilule, il faut se faire suivre régulièrement par
son médecin (tous les 6 mois). Seul un médecin peut prescrire la pilule : on ne peut pas
l'acheter sans ordonnance. De plus, il ne faut pas oublier que la pilule ne protège pas
contre les infections sexuellement transmissibles.

– la « pilule du lendemain »
Depuis 2001, il est possible de se procurer dans une pharmacie un contraceptif
d'urgence : la « pilule du lendemain » à prendre après un rapport non protégé.
Elle ne fonctionne que si on la prend dans les 3 jours (72 heures) qui suivent le rapport.
On peut l'acheter avec ou sans ordonnance. Les jeunes filles mineures peuvent
l'obtenir gratuitement et anonymement.Cependant, dans tous les cas où cela est possible,
il vaut mieux prendre une contraception préventive.

Les « nouvelles pilules »

Dans les laboratoires de recherche, les chercheurs essaient de mettre au point de nouvelles
pilules. Par exemple, ils essaient de fabriquer une « pilule » mensuelle (que la femme ne
prendrait qu'une fois par mois). Cette méthode permettrait de diminuer les risques d'oubli
et donc les accidents de contraception. Ils travaillent par ailleurs sur une pilule pour
les hommes.
Depuis 2001, il existe aussi de petits bâtonnets que le médecin place sous la peau des
femmes qui le souhaitent : ce sont des implants qui diffusent des hormones (comme la pilule).
Ils sont efficaces pendant 3 ans environ.

Les méthodes naturelles

À côté de toutes ces techniques, il existe aussi ce que l'on appelle des « méthodes
naturelles ». Ces méthodes naturelles tentent d'empêcher la rencontre entre spermatozoïde
et ovule sans utiliser aucun objet ni médicament (par exemple en n'ayant pas de rapport
sexuel pendant quela femme est féconde). Il en existe plusieurs, mais aucune ne marche
très bien : elles ne sont pas fiables, et le risque de grossesse non désirée est élevé.

OK-2Power
mise à jour 12-10-2009
 



28/05/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 48 autres membres